Votre eau potable est-elle à risque?

Le transport accru de pétrole sur le fleuve Saint-Laurent menace l’eau potable de 3,7 millions de Québécois

Nous savons que le fleuve Saint-Laurent abrite une biodiversité faunique et floristique aussi riche que fragile. Mais saviez-vous que le fleuve Saint-Laurent est aussi la source d’eau potable pour plus de 3,7 millions de personnes, soit 45 % de la population québécoise?

Une étude publiée récemment par la Fondation David Suzuki, la SNAP Québec et le WWF-Fonds mondial pour la nature, conclut que la multiplication des projets d’exportation de pétrole par rail, oléoduc ou pétrolier sur le Saint-Laurent et sur ses rives, soulève des risques non seulement pour la préservation de la biodiversité du fleuve, mais aussi pour l’approvisionnement en eau potable de 54 villes québécoises.

Votre ville fait-elle partie de la liste?

D’ici quelques années, les projets Énergie Est de TransCanada, Ligne 9b d’Enbridge, de même que les projets de transport de pétrole par rail et navire-citerne de Suncor et Valero, vont plus que quadrupler la quantité de pétrole qui circule le long du Saint-Laurent, portant le total à plus de 1,4 million de barils par jour.

Bien que l’industrie et les gouvernements tentent de se faire rassurants, on ne dénombre pas moins de 19 déversements majeurs d’au moins un million de litres et près de 950 déversements de plus petite envergure de 2004 à 2013 au Canada.

En transformant le Saint-Laurent en artère pétrolière, notre eau potable se trouve directement menacée. Sommes-nous prêts à courir ce risque?

En juillet 2013, lors de la catastrophe de Lac-Mégantic, plusieurs dizaines de milliers de litres de pétrole se sont déversés dans la rivière Chaudière, privant d’eau potable 188 000 personnes à Lévis, Sainte-Marie et Saint-Georges en Beauce pendant plus de deux mois.

En janvier 2015, un déversement accidentel de 28 000 litres de diesel a privé d’eau potable 300 000 personnes à Longueuil. En cas de rupture complète, l’oléoduc Énergie Est laisserait échapper cette quantité en 14 secondes! Le temps minimum requis par TransCanada pour stopper une fuite serait de 10 minutes, ce qui laisserait fuir 1,2 million de litres.

Nous pouvons prévenir de nouvelles atteintes à notre eau potable en nous opposant à ce que le Saint-Laurent devienne une autoroute pétrolière.

Écrivez aujourd’hui à votre maire, au ministre de l’Environnement, du Développement durable et de la Lutte aux changements climatiques ainsi qu’au premier ministre du Québec, pour leur dire qu’aucun compromis ne doit être fait sur notre eau potable.

L’eau potable est ce que nous avons de plus précieux : protégeons-la ! Protégeons le fleuve et ses écosystèmes.

54 Municipalités dont la source d’eau potable est le fleuve:

1. Sainte-Foy (Énergie Est prévoit traverser directement le Saint-Laurent en amont du point d’alimentation en eau)
2. Saint-Augustin-de-Desmaures (Énergie Est prévoit traverser directement le Saint-Laurent en amont du point d’alimentation en eau)
3. Bécancour
4. Sainte-Marie-de-Blandford
5. Sainte-Monique
6. Berthierville
7. La Visitation-de-l'Île-Dupas
8. Lavaltrie
9. Sainte-Geneviève-de-Berthier
10. Saint-Ignace-de-Loyola
11. Charlemagne
12. Beauharnois
13. Salaberry-de-Valleyfield
14. Carignan
15. Contrecoeur
16. Saint-Amable
17. Sainte-Julie
18. Varennes
19. Verchères
20. Candiac
21. Delson
22. La Prairie
23. Saint-Constant
24. Sainte-Catherine
25. Saint-Mathieu
26. Saint-Philippe
27. Coteau-du-Lac
28. Les Coteaux
29. Notre-Dame-de-l'Île-Perrot
30. Pincourt
31. Boucherville
32. Brossard
33. Longueuil
34. Saint-Bruno-de-Montarville
35. Saint-Lambert
36. Baie d’Urfé
37. Beaconsfield
38. Côte-Saint-Luc
39. Dollard-Des-Ormeaux
40. Dorval
41. Hampstead
42. Kirkland
43. Montréal
44. Montréal-Est
45. Montréal-Ouest
46. Mont-Royal
47. Pointe-Claire
48. Sainte-Anne-de-Bellevue
49. Westmount
50. Saint-Zotique
51. Saint-Lambert
52. Laval
53. Trois-rivières
54. Lévis

NOTA: Entrez votre code postal au haut de la page.
Si le nom de votre maire apparait, alors vous habitez l'une des 54 municipalités à risque!

Si aucun nom n'apparait, vous êtes chanceux : à l'inverse de 3,7 millions de québécois, vous n'habitez pas dans l'une des 54 municipalités à risque. Cependant, nous avons tout de même besoin de votre appui!

Signez la pétition, qui sera envoyée au premier ministre du Québec, au ministre de l’Environnement, du Développement durable et de la Lutte aux changements climatiques, et à votre maire si vous habitez l'une des 54 municipalités à risque.

6414 messages ont été envoyés. Aidez-nous à atteindre notre objectif de 10000 messages

 

Entrez votre code postal ci-dessous.
Veuillez entrer votre code postal pour découvrir si vous habitez l’une des 54 municipalités à risque du Québec.
Message
Philippe Couillard, Premier Ministre du Québec <commentairespm@mce.gouv.qc.ca>
David Heurtel, ministre de l’Environnement, du Développement durable et de la Lutte aux changements <dheurtel@assnat.qc.ca>
To prevent automated spam submissions leave this field empty.
Signature du message
Pour en apprendre davantage sur la manière dont la Fondation David Suzuki collecte, conserve et utilise vos informations personnelles, veuillez lire notre politique de confidentialité.